Menu Fermer

Il faut sauver le coeur bleu de l’Europe !

Il faut sauver le coeur bleu de l’Europe !

Depuis sa création au début des années 70, l’équipementier outdoor américain Patagonia se démarque à travers un engagement environnemental fort. Dans tout ce qu’elle entreprend, la marque ne manque pas de rappeler haut et fort ses valeurs et sa raison d’être :  “sauver la planète”… Un vaste programme, vous en conviendrez !

Consciente depuis son origine des menaces qui pèsent sur l’avenir du monde, l’entreprise veut utiliser ses forces (ses ressources financières, sa voix et la créativité de ses collaborateurs) pour tenter de faire évoluer les consciences.

Dès lors, son engagement se transforme en activisme et ses prises de positions font date…

On se rappelle du message historique et sans détour de Rose Marcario, la présidente et CEO de la société, en 2015, au moment où Donald Trump a annoncé la réduction de 85% de la surface du monument national Bears Ears et de près de 50% de Grand Staircase-Escalante en Utah : “ Le Président a volé vos terres ! ”

Depuis des années, la marque est également largement impliquée dans un combat visant à empêcher un projet de construction de station de sports d’hiver en Colombie-Britannique sur le glacier protégé de Jumbo.

À un autre niveau, Patagonia s’est de nouveau démarqué en 2016 au moment du fameux “Black Friday”. Ce jour-là, symbole de l’hyper-consommation occidentale, l’entreprise a fait don de 100% de son chiffre d’affaires à des organisations locales oeuvrant pour créer un changement positif pour la planète.

2018 a inscrit un tournant crucial dans son engagement puisque c’est la première fois que la marque lançait une campagne internationale de sauvegarde de l’environnement sur le territoire Européen.

Alerté par des ONG basées dans les Balkans, le service environnement de la marque a décidé de mobiliser l’ensemble de ses ressources pour attirer l’attention du grand public sur une catastrophe écologique de grande ampleur…

Contre tout bon sens écologique et sous l’effet de la corruption, plus de 3 000 projets de barrages étaient alors prévus dans la région sous 5 ans, remettant en question l’équilibre de la population locale et de la nature.

Surnommée le Cœur Bleu de l’Europe, cette zone est étalée sur 7 pays (Albanie, Monténégro, Macédoine, Serbie, Croatie, Kosovo, Slovénie). Proche de chez nous mais trop peu connue, elle abrite des milliers de kilomètres de rivières encore vivantes c’est-à-dire épargnées de l’impact négatif des barrages.

Ces édifices hydroélectriques aujourd’hui moins performants que l’éolien ou le solaire sont non seulement obsolètes mais surtout génèrent l’extinction d’espèces, entraînent la désertification de villages entiers et ont un impact sur le changement climatique.

C’est à travers Save The Blue Heart, un long-métrage produit par Patagonia, assorti d’une pétition adressée aux banques internationales pour leur demander « d’arrêter d’investir dans la destruction des dernières rivières sauvages d’Europe », que le géant américain de l’outdoor  a choisi de tourner les projecteurs sur ce phénomène inconnu de tous.

De nombreuses projections de ce documentaire édifiant ont été organisées en France et en Europe, permettant d’alerter l’opinion publique et peut-être un jour parvenir à faire céder les lobbies de l’énergie hydro-électrique. Le combat n’est pas terminé…

Bande annonce

Film

Lionel Jagorel
consultant


Lionel dit « Fracture » est aussi à l’aise à la ville qu’à la montagne, qu’il s’agisse de course à pied ou de vélo. Autodidacte de la communication, sa Jolie Foulée lui a permis de se positionner en rupture d’un univers sportif très formaté. La distance ne lui fait pas peur, bien au contraire, elle nourrit sa bigorexie. Sa curiosité et son expertise des médias et des équipementiers sportifs sont affûtées comme sa moustache pour performer dans ses chronos, au bureau ou à l’apéro.

Partager :
Partager :
À lire aussi